mercredi 6 juin 2007

Débriefing journée du 17/05/07

C'est avec bien du retard que je transmets les impressions de la journée.

Celles de Karin d'abord :

Le club de Clichy sous bois nous a accueillis sur son terrain.

Nous le remercions chaleureusement pour son aide et son organisation exemplaire ainsi que pour son esprit ouvert vers nos races dites "Exotiques". Chapeau bas monsieur le président, qui j'espère fera des émules dans d'autres clubs .
Cette journée conviviale fut "internationale", nous remercions nos amis Belges et Hollandais, ainsi que l'association du"Count of Flandres"de leur présence. Nullement gênés par les quelques gouttes de pluie, la journée a alterné les activités et les disciplines, axées autour du bouviers et de son travail, Ring, mondio, IPO et KNPV. Un grand merci aux personnes présentes, enthousiastes elles ont forgées le succès de cette journée de franche camaraderie autour du Bouvier de travail . Un prochain rendez-vous a été décidé et plébiscité par tous, à voir maintenant comment l'organiser.

Je suis bien sur tout à fait d’accord avec ce que Karin a dit, et vous trouverez sur son site toutes les photos de cette journée.

Je me permettrai juste de faire quelques remarques qui n’ont d’autres buts que d’améliorer les prochaines journées.

Hormis le grand plaisir de retrouver les conducteurs habituels et d’échanger les dernières niews en life, il me reste un petit goût de « trop peu ».

Le côté didactique de la journée était par trop absent. Tout le monde a essayé de venir avec son petit conseil-maison mais est-ce que cela a permis de vraiment apprendre des choses ? Cela est sans doute différent pour chaque participant. Peut-être la prochaine fois pourrions-nous faire venir quelque expert, pourquoi pas d'une autre race.

Herman Devos nous a fait un compte rendu bien détaillé et illustré de leur journée de discussions. Il reste néanmoins un certain nombre de questions sans réponse.

Amorce d’une discussion qui aurait pu être intéressante sur le choix et la sélection du chiot avec la présence de l’instinct de proie et ce que l’on peut en faire, mais le manque d’animateur a fait que cela a fusé dans de nombreuses directions.

Ma conclusion de tout cela serait de faire le choix de sujets de débat et d’exercices pratiques, et d'organiser la journée en fonction de ces objectifs.

1 commentaire:

Corinne Jessin a dit…

Instinct de proie….

Lorsque Michel écrit comme piste de débat « Présence de l’instinct de proie », cela me fait penser tout naturellement à un petit accessoire artisanal que Michel (cette fois ci Mihel Thorel) nous a fabriqué pour renforcer l’instinct de Proie d’un chiot :

Il est constitué d’un fourreau de Toile de jute pas trop épaisse et souple dans lequel ont été glissés des sacs en plastiques d’emballage (ceux-là même qui ont été supprimés des caisses de nos hyper Marchés) – Pourquoi ces sacs ? et bien tout simplement pour donner au boudin une consistance qui se rapproche d’un corps mou ou d’un ventre de petit animal et qui, sous la pression de la petite mâchoire du chiot, émettent des petits sons semblables aux petits crissements d’animal qui se débat et qui souffre ! … et ça marche… Le chiot adore attraper et mordre ce genre de petit boudin ! Michel Thorel a comme fil conducteur de son dressage, stimuler et exacerber chez le chiot cet instinct naturel de proie ! Cet instinct de proie, je l’ai également vu se faire éprouver lors des séances de mordant (Nawba 2005) par un homme d’ Attaque qui m’a semblé particulièrement doué pour cela. Il s’agit de Francky Cowen : Certains bouviers (avec 1 ou 2 années de vie déjà) restaient sur leur timidité (et/ou dans leur obéissance) lorsqu’ils devaient répondre aux stimulations de Francky ; Ils n’osaient pas se lâcher et se jeter sur la prise.. ou bien l’abandonnaient pour se plier aux paroles du maître.
Francky, devant ce type de réaction, s’est alors transformé en animal ! C’est à dire qu’au moment où le bouvier néophyte attrape la manche de la veste ou la jambière du pantalon Francky émet tout simplement un cri sourd animal pour montrer que le bouvier a fait « mouche et mal » et se met à « souffrir » et dans les gestes et dans les sons ! Et bien ces bouviers ont retrouvé leur instinct (inhibé jusqu’alors) et se sont plus très longtemps dans la toile ensuite !