vendredi 16 mars 2007

Claude Lefranc

La première fois que j’ai vu Claude (je pense que c’était à Bouaffle en 1980) je n’aimais pas cet homme d’attaque « grande gueule » qui prenait tout l’espace.

Dans le monde du bouvier où sensiblerie et narcissisme exacerbés sont parfois trop de mise, Claude a eu besoin de se créer une image de « dur » par opposition.
Mais personne en France et sans doute dans le monde n’aura autant que lui « mouillé » son costume pour des bouviers. Là où d’autres auraient remballé des chiens sans potentiel, il a donné tout ce qu’il pouvait pour leur faire quand même obtenir un petit brevet ou même parfois un 1.

Et puis, comme dans d’autres registres on a appris à se connaître, Claude est comme le bon vin français, il bonifie avec les années.

En tant que conducteur, Claude a fait ses armes avec les bouviers de Robert Langlois sous l’affixe du Bas Berry.
C’est avec Jacou des Tourbillières d’Alliacum qu’il a tâté du sang plus pro-travail. C’est avec Yahnoo et Ercq de la Genesis qu’il a continué sur cette lancée.

Quand j’ai rajouté cette rubrique « les hommes », c’est à Claude Lefranc que j’ai le plus pensé, en me disant que mort tout « le monde du bouvier » lui rendrait hommage et aujourd’hui, s’il y a cinq personne qui le font c’est beaucoup. Sans lui le cheptel français ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui.

5 commentaires:

Corinne a dit…

C'est avec Claude et un fils de son chien Jacou que j'ai mis les pieds dans l'engrenage bouvipathe. Pathe de Pathos... pathologie... Claude aussi l'a transmise à grand nombre de ses élèves néophytes. S'entraîner, coûte que coûte, à la "Lefranc"... les "c'est pas grave !" ont tenté à chaque fois d'exploiter très souvent empiriquement les qualités du chien qu'on lui présentait... en oubliant que le bout de la laisse avait besoin aussi d'apprendre ! j'ai mis les pieds dans le ring, avec CLaude et Rooster.. et je crois que j'ai eu une sacrée chance de commencer avec cette combinaison ! Claude est "rentré" dans la tête de Rooster... comme il tente de le faire à chaque bouvier qui montre des aptitudes à travailler ! Claude a sa méthode... c'est à dire qu'elle n'est pas aussi académique que celles que je commence à employer pour re"calibrer" mon bouvier dans certains exercices. Claude est aussi authentique que le bouvier que nous avons perdu peut être ! En tout cas, pour avoir vu grandir Yahno et maintenant Ercq... je sais que ses chiens lui ressemblent bien en quelque sorte : Travailleurs, téméraires, persévérents et courageux... et tellement "clown" aussi !

stéphane a dit…

Un grand Bravo pour tout ce que tu as fais pour le bouvier de travail tout ce que tu continues à faire et tout ce que tu feras.Une telle passion ne peut qu'être saluée.Total respect

stéphane a dit…

Un grand bravo pour tout ce que tu as fait tout ce que tu fais et tout ce que tu feras.Une telle passion ne peut qu'être encourager et saluer.

Michel Koscielniak a dit…

Eh bien Claude, rien que pour ces commentaires là cela valait la peine de faire mon blog.
Pour Corine, Stephane et tous les autres n'ayez pas peur de mettre vos noms de famille. Les vieux dynosaures comme moi connaissent les grands bouviéristes comme vous, mais pensez à tous les petits jeunes chez qui vous devez susciter les vocations de demain ;-)

Anonyme a dit…

tu est le meilleur formateur de conducteur de boubous,triak,urss quelle patience!reste comme tu est,c'est comme ça que l'on t'aime